Err

Il était une fois à Cercy-la-Tour : Deux frères, un garage...

(Code: CERCIACUMBAUDOT)
15,00 €
Disponible en magasin
Il était une fois à Cercy-la-Tour : Deux frères, un garage...

Il était une fois à Cercy-la-Tour : Deux frères, un garage...

Alain DUBOIS

Editions CERCIACUM



Préface de Pierre BAUDOT:

"A la gloire de mon Grand-père Pierre"

"A la gloire de mon Père Gabriel"

Hommages souhaités par Yves Ducroizet et Alain Dubois qui durent d'abord me convaincre.

Pierre a vu l'utilité de la mécanique au service de l'agriculture, le remplacement de la force musculaire humaine et animale, par la machine.

Gabriel, émerveillé par le moteur à explosion alors à son tout début, posé sur un châssis, transmettant sa puissance aux roues, n'as pu résister à cette technique pétaradante, enivrante en découvertes et déplacements à la conquête d'horizons nouveaux.

A l'époque, il fallait que ces véhicules soient vendus à l'utilisateur d'avant-garde, motivé pour entreprendre d'évincer le cheval qui devint cheval-vapeur à travers nos campagnes desservies par des chemins. Le plus important fut de former des réparateurs compétents et reconnus comme tels. Autrement dit, il fallait lancer la machine avec toute l'intendance, une véritable stratégie militaire. Cugnot en 1770 inventa une machine à vapeur pour le transport des pièces d'artillerie et, en 1771, la première automobile à vapeur. En 1882, Beau de Rochas fit breveter le cycle du moteur à explosion qui porte son nom. De nos jours, les automobiles les plus sophistiquées, bourrées d’électronique, roulent toujours sous le même principe, avec des matériaux et une technique certes plus élaborés qui contribue à leur fiabilité. Fini : bielles coulées, joint de culasse sauté, rodage de soupapes, tournevis pour réglage du carburant et clé nécessaire pour déboucher le gicleur (fréquent). Dans sa poche, Papa avait toujours : un petit tournevis, une clé à molette, un couteau et un chiffon.

Au quotidien, ces deux personnages prônaient le travail bien fait dans l'ordre et le respect de chacun, ainsi régnait un véritable esprit de famille, de compagnonnage et de solidarité.

Merci