Err

François PREGERMAIN

(Code: CERCIACUMPREG)
18,00 €
Ajouter au Panier
François PREGERMAIN

François PREGERMAIN

Directeur de l'école des garçons de Cercy-la-Tour de 1863 à 1894

Raymond et Françoise ROFFIN

Editions CERCIACUM


Préface de Françoise PREGERMAIN:
Mon arrière-grand-père n'est pas un modèle ; son exemple ne peut pas être généralisé. Il constitue ce qu'on peut appeler une singularité.
Il a quitté son Morvan natal, pour s'installer finalement à Cercy-la-Tour et il a vécut les transformations profondes de l'enseignement en France, du second empire à la République.
Ses parents ne savaient ni lire ni écrire, mais il était fils unique et ils ont aidé son départ favorisant donc l'abandon de l'exploitation familiale. Son mariage avec une fille unique du même milieu paysan a permis également d'échapper à la pauvreté décrite en général pour les instituteurs de cette époque.
Il n'est donc absolument pas représentatif de ce qu'était un instituteur de la fin du XIXème siècle. Dans ces conditions, fallait-il s’intéresser à sa biographie, et surtout fallait il publier?
J'ai longtemps hésité, mais Monsieur Ducroizet nous a, mon mari et moi, convaincus de le faire : d'abord, c'était possible, ensuite, c'était utile. Nous avions des documents nombreux, de diverses sources, avec possibilité de recoupements. Ancien professeur d'histoire, mon mari avait l'habitude d'étudier des documents et surtout la méthode pour les utiliser ; et moi, finalement, j'avais très envie de comprendre et m'expliquer mes racine. Cercy, j'y ai passé plusieurs mois chaque année pendant mes vingt premières années. Et en faisant ce travail de recherche, j'ai vu sortir des brumes ce personnage que je ne connaissais pas, dont on m'avait peu parlé, mais dont le portrait peint par Marcel Hanoteau, n'a cessé de me suivre.
Et puis après tout, je m'appelle comme lui, je suis devenue enseignante comme lui. J'ai cru, et je crois encore très fort à l'importance du rôle de l'instituteur, du professeur, dans le destin de chaque enfant. C'est une façon de le proclamer que d'avoir participé à cet ouvrage. Il faut le prendre comme un hommage à mon arrière-grand-père, mais aussi à tous ceux qui oeuvrent pour que la culture, l'instruction aient la place qu'elles méritent dans notre monde actuel.